Benoît Chapeaux  violoncelle

À l'âge de cinq ans après une expérience malheureuse au piano au grand dam de sa maman, Benoît commence le violoncelle ! Il développe des facilités pour cet instrument à cordes qui correspond mieux à son caractère passionné. Il grandit dans une famille de musiciens amateurs et bénéficie dès l’âge de dix ans de l’enseignement de Klaus Heitz et de Germaine Fleury qui l'orientent vers l’École Normale de Musique de Paris Alfred Cortot.

Les quatre années passées au CNSM de Lyon dans la classe d’Yvan Chiffoleau et Patrick Gabard furent riches en rencontres. Il multiplie les expériences de musique de chambre en quatuor et quintette, notamment avec Elsa Balas et Faustine Tremblay toutes deux Tonnerroises d'adoption.

Parmi ses compositeurs fétiches, outre Beethoven, nous retrouvons Anton Bruckner, Richard Strauss et Franz Schubert et Rameau le dijonnais.

Armé de son prix et de son violoncelle, il part à l’aventure et forme un quatuor qui enregistre Tansman, Amy, Florentz, Roche, Pascal au label Polymnie et joue sur les ondes de France Musique et Radio-classique. La rencontre avec Rolf Reuter - Generalmusikdirektor de l'Opéra-Comique de Berlin fut décisive pour sa carrière de musicien d’orchestre. Il varie les plaisirs musicaux avec l’Orchestre de Paris, l’Opéra de Lyon avant d’intégrer l’Orchestre National du Capitole de Toulouse en 2002.

Il ne s’arrête pas là : non satisfait d’avoir intégré un orchestre renommé, Benoît décide de se perfectionner auprès du célèbre violoncelliste Lluis Claret. Cette soif d'apprendre sera toujours, il l’espère, son compagnon de route en tant que musicien.

Pour l'anecdote, Samson François utilisait le piano Pleyel de ses grands-parents inhumés à Châtillon sur Seine et Dijon et son père ami intime de Jane - cadette de la pianiste Clara Haskil - a pu récupérer des témoignages dignes d’un conte de fées pour les amoureux de la musique.

Natif de Bourgogne, il a le plaisir de revenir sur ses terres chéries en rejoignant le festival Musiques en Tonnerrois.